ACCUEILFORMATIONSPUBLICATIONSADRESSES UTILESCONTACT
Cours de médecine chinoise


Cas de dépression traités selon l'approche du style fusionnant Shanghanlun & Jingui yaolüe basé sur le diagnostic articulé sur le diagnostic différentiel des Huit Principes et des Six Catégories [bagang liujing] du Pr Hu Xishu.


Avant toutes choses, pour bien comprendre cet article, il est important de saisir que la pratique académique de la MTC, fondée sur la théorie des Organes/Entrailles [zangfu xueshuo] et des Méridiens/colatéraux [jingluo xueshuo], est très différente de la pratique de la médecine Chinoise dite « Classique ».




Le système des « Six Catégories» [liujing] du Shanghanlun, qui provient des 8 principes [bagang], a été, depuis son remaniement par Wang Shuhe, associé au système des Méridiens conduisant ainsi à une mauvaise compréhension de ce système médical unique en son genre. Pour mieux comprendre les quelques cas cliniques développés ici, je vous propose, dans les grandes lignes, les principaux symptômes liés aux Six Systèmes ou Six Catégories [liujing] selon le système jingfang : voir tableau dans l’article "Traitement des acouphènes selon l’approche du Shanghanlun.


Cas n° 1, Mme Ji, 41 ans.

Première consultation le 18 mars 2010 : Douleur des flancs, oppression de la poitrine, dysphorie [xinfan], insomnie et sensation d’indisposition généralisée ont débuté il y a six mois à la suite d’un drame familiale. La patiente a été examiné dans de nombreux hôpitaux sans que ceux-ci ne décèlent de lésion particulière. La prise de pharmacopée chinoise et de préparations manufacturées n’ont donné aucun résultat significatif.

Symptômes récents : Inconfort au niveau des flancs, distension douloureuse prononcée au flanc droit, inconfort et oppression de la poitrine, endolorissement lombaire, de temps en temps céphalée, dysphorie [xinfan] et irritabilité [jizao], troubles du sommeil, bouche amère, gorge sèche, agueusie, selles plutôt sèches. Enduit lingual blanc, Pouls xi [fin] et xian [tendu].

Diagnostic & traitement : hebing [maladies simultanées] taiyang, shaoyang et yangming correspondant au fangzheng [syndrome de formule] Da Chaihu tang he Guizhi fuling wan jia gancao.

Chaihu 12 g, Huangqin 10 g, Zhishi 10 g, Baishao 10 g, Qingbanxia 15 g, Guizhi 10 g, Mudanpi 10 g, Taoren 10 g, Fuling 12 g, Dahuang 6 g, Zhigancao 6 g, Shengjiang 15 g, Dazao 4 fruits.

Seconde visite le 20 mars 2010 : Amélioration de tous les symptômes après 2 doses, exonération des selles faciles, atténuation de la douleur du flanc, de l'oppression de la poitrine et de la dysphorie-agitation. Persistait la bouche amère, l'enduit blanc, le Pouls xi [fin] et xian [tendu].

Diagnostic & traitement : hebing [maladies simultanées] taiyang, shaoyang et taiyin correspondant au fangzheng : Sini san he Danggui shaoyao san he Guizhi fuling wan.

Chaihu 12 g, Zhishi 10 g, Baishao 10 g, Zhigancao 6 g, Danggui 10 g, Chuanxiong 6 g, Fuling 12 g, Zexie 12 g, Cangzhu 10 g, Guizhi 10 g, Danpi  10 g, Taoren 10 g.

Troisième visite le 27 mars 2010 : Après 7 doses de la formule ci-dessus, les symptômes ont continué de s'améliorer, le sommeil s’est normalisé, dysphorie-agitation, réplétion oppression de la poitrine ne sont plus prononcés. Persistait encore, sensation d'inconfort au niveau des flancs et des lombes ainsi que, sécheresse et amertume de la bouche le soir, appétit acceptable, selles et urines normales, pieds et mains tièdes. Enduit lingual blanc, Pouls xi [fin] et xian [tendu].

Diagnostic & traitement : hebing [maladies simultanées] taiyang, shaoyang, taiyin correspondant au fangzheng Chaihu guizhi tang he Danggui shaoyao san :

Chaihu 12 g, Huangqin 10 g, Qingbanxia 15 g, Dangshen 10 g, Guizhi 10 g, Baishao 10 g, Zhigancao 6 g, Danggui 10 g, Chuanxiong 6 g, Fuling 12 g, Zexie 12 g, Cangzhu 10 g, Shengjiang 15 g, Dazao 4 fruits.

Résultat : Après 7 doses de la formule ci-dessus, disparition de tous les symptômes.

Remarque :

Ce cas, globalement diagnostiqué par la médecine occidentale comme "idiopathique" n’a reçu que des traitements symptomatiques de confort. Pourtant, un diagnostic et un traitement basé sur bianzheng lunzhi permet souvent d’éliminer les souffrances d’un patient et de lui permettre, dans un temps relativement court, de retrouver une vie normale, comme pour  cette personne qui a obtenue une guérison complète qu’au bout de 3 consultations et de 16 doses de remèdes.

Concernant le fangzheng Da chaihu tang.

Da chaihu tang est aperçu notamment dans l’article 103 Shanghanlun :

太陽病,過經十餘日,反二三下之,後四五日,柴胡證仍在者,先與小柴胡。嘔不止,心下急,鬱鬱微煩者,為未解也,與大柴胡湯下之則愈。

Lorsque, dans une maladie taiyang qui, après plus de dix jours, a franchi le Méridien, on a appliqué paradoxalement deux ou trois purgations et que, quatre ou cinq jours après, les symptômes de Chaihu sont encore présents, on donne d’abord Xiao chaihu tang. S’il y a haut-le-cœur incessant, spasme épigastrique [xinxia ji], état dépressif [yuyu] et profond malaise [weifan], cela signifie que (la maladie) n’est pas encore éliminée et qu’il faut donner Da chaihu tang pour que la purgation le guérisse.

Cette prescription est généralement considérée comme une formule traitant une maladie simultanée du shaoyang et du yangming qui harmonie le shaoyang et débloque la Plénitude du yangming. Selon le Pr Feng Shilun, une maladie au stade initial passée dans le shaoyang requière Renshen afin de tonifier le Centre et d’augmenter le Qi afin de prévenir l’invasion de l’interne et de soutenir le Correct pour qu’il puisse chasser l’agent pathogène en périphérie. Toutefois, en cas d’atteinte simultanée avec le yangming, il faut ajouter Dahuang afin d’attaquer de concert l’interne et retirer Zhigancao (modérateur) ainsi que Renshen qui sont alors inappropriés. Zhishi est ajouté afin de traiter la dureté épigastrique ainsi que Baishaoyao* afin de traiter la réplétion douloureuse de l’abdomen. Cette formule traite donc une maladie associée shaoyang yangming dans laquelle on observe dureté épigastrique, Plénitude interne et réplétion douloureuse dans l’abdomen. Les symptômes clés qui permettent d’identifier ce fangzheng sont : réplétion et douleur de la poitrine et des flancs, bouche amère, gorge sèche, spasmes épigastrique, Plénitude interne.

* Baishao, de saveur amère, agit, selon le Pr Hu Xishu, dans le yangming comme dans les fangzheng Maziren wan, Huanglian ejiao jizihuang tang, Pai nong san, Gansui banxia tang, ou encore (en cas de hebing taiyang yangming) Guizhi jia shaoyao tang, Guizhi jia dahuang tang, etc.  

Concernant Sini san :

Sini san est traité dans l'article 318 du Shanghanlun :

少陰病,四逆,其人或欬,或悸,或小便不利,或腹中痛,或泄利下重者,四逆散主之。

Lorsque, dans une maladie shaoyin, il y a refroidissement des membres [sini] et que le patient souffre, soit de toux, soit de palpitations, soit de dysurie [xiaobian buli], soit de douleur dans l’abdomen, soit de diarrhée avec ténesme, il relève de Sini san".

Cette formule, dont l’usage en clinique est extrêmement vaste se révèle souvent efficace pour détendre le Foie, harmoniser le Qi, régulariser Qi et Sang dans la perspective du diagnostic différentiel des Organes & Entrailles [zangfu bianzheng]. Dans la perspective du système jingfang, cette prescription appartient au shaoyang. Mais dans ce cas, pourquoi l’article 318 commence t-il par "Lorsque, dans une maladie shaoyin? Selon le Pr Feng Shilun deux raisons sont possibles : 1 Il s’agit à l’origine d’une maladie shaoyin qui s’est transmis au shaoyang ; 2 à cause de l’obstruction du Qi par la Chaleur, la circulation obstruée engendre un Pouls wei [ténu], xi [fin] et refroidissement des membres [sini] similaire, en apparence, à une maladie shaoyin. Le syndrome Sini san est en fait similaire à un syndrome Da chaihu tang, la différence réside principalement dans le fait que dans Sini san on n’observe pas de contre-courant nauséeux et il n’est pas nécessaire de purger. Selon le Pr Hu Xishu Sini san & Da chaihu tang sont étroitement liés, Sini san correspondant à Da chaihu tang sans Huangqin, Dahuang, Shengjiang, Dazao, Banxia plus Zhigancao.

Bouche amère, gorge sèche, oppression de la poitrine, douleur des flancs correspondent à la maladie shaoyang, mais combiné aux selles plutôt sèches on identifie ici un hebing shaoyang yangming. Attention cependant car, en cas de maladie shaoyang simple, dans le cadre d’un syndrome Xiao chaihu tang, il est possible également d’observer une tendance aux selles sèches. Mais il n’y a pourtant ni Pouls flottant, ni crainte du froid, rien qui ne permette d’identifier une maladie taiyang. À ce moment là, notre réflexion doit changer de point de vue : la patiente ne s’exprime pas à voix basse, on n’observe ni faiblesse du corps, ni refroidissement des membres, donc pas de maladie des 3 Yin. Parmi les maladies des 3 Yang, les symptômes de la maladie shaoyang sont indubitablement de l’ordre de l’excès et expriment tous le fait que Qi et Sang ne s’écoulent plus librement. Le biao du shaoyang, c’est le taiyang, le li du shaoyang, c’est le yangming donc, au sein de l’harmonisation, l’ouverture du biao et le déblocage du li permet de traiter simultanément les 3 Yang, ce qui peut après tout être considéré comme favoriser la libre circulation du Qi et du Sang. Les effets claires obtenus suites à la prise des drogues rendent irréfutables le diagnostic différentiel. Notons que Zhigancao a été ajoutée dans la première prescription pour agir spécifiquement sur les spasmes. Lors de la seconde visite, les symptômes ont diminués, les selles se sont libérées, donc Da chaihu tang a été remplacée par Sini san et comme en cas de longue maladie chez la femme demande de tenir compte de la présence de Stase de Sang, Danggui shaoyao san fût utilisé conjointement aux formules prescrites lors de la deuxième et troisième visite. Lors de la troisième consultation, il a été considéré que le biao du taiyang n’était toujours pas libéré, ainsi Chaihu guizhi tang a été utilisé. Là encore, les résultats obtenus, avec la guérison complète de la patiente, démontrent la véracité de la présence de l’atteinte du taiyang, impliqué depuis la première consultation.

Cas n° 2, Madame Wang, 47 ans.

Première consultation le 24 mars 2010 : Cette patiente est spécialement venue à Pékin de l’Anhui consulter le Pr Feng pour résoudre deux principales complaintes : dépression, dont elle souffre depuis de nombreuses années, insomnie de longue durée et irascibilité ; polyarthrite rhumatoïde qui dure depuis 2 ans avec douleurs articulaires de tout le corps et rigidité des doigts le matin au lever.

Symptômes récents : insomnie (dépend depuis longtemps des somnifères), teint sombre, dépressive, parfois irascibilité, crainte du vent, aversion pour le froid, accès paroxystiques de frissons, accès paroxystiques de chaleur, mains et pieds froids, chaleur de la paume des mains, douleur des flancs, pi épigastrique, froid dans le dos, gingivorragie, douleurs articulaires proximale des doigts, rigides le matin, douleur des articulations des coudes et des genoux, lombalgie, harmonie dans la bouche, absence d’envie de boire. Enduit lingual blanc, Pouls xi [fin] à droite, chen [profond], xi [fin] et xian [tendu] à gauche.

Diagnostic & traitement : maladie shaoyin correspondant au fangzheng [syndrome de formule] Guizhi jia fuzi jia fuling cangzhu huangqi tang.

Guizhi 10 g, Baishao 10 g, Zhigancao 6 g, Fuzi 10 g, Fuling 15 g, Cangzhu 15 g, Huangqi (sheng) 15 g, Shengjiang 15 g, Dazao 4 fruits.

Seconde visite le 14 avril 2010 : après 15 doses de la formule ci-dessus, il y avait une expression joyeuse sur le visage de la patiente. Elle raconta qu’elle avait déjà pris d’innombrables formules de pharmacopée chinoise contenant de grandes quantités de drogues difficiles à avaler, mais que cette fois-ci, la prescription, en petite quantité, facile à décocter et agréable à avaler. Elle ajouta qu’une fois la décoction absorbée et sentie un réchauffement de tout le corps accompagnée d’une sensation de détente et que dès la quatrième dose, son sommeil s’est clairement amélioré.

Symptômes récents : la transpiration, la crainte du vent et l’aversion au froid ont clairement diminués. Les douleurs articulaires ont diminués, la douleur des flancs et le pi épigastrique ne sont plus apparents. Il y a toujours harmonie dans la bouche, absence d’envie de boire, seul la chaleur dans la paume des mains et la gingivorragie persistent. Enduit blanc, Pouls xi [fin] et xian [tendu].

15 doses de la même formule furent prescrites avec Fuzi porté à 12 g et ajout de Shengditan 15 g et de Fangji 10 g.  

Troisième visite le 5 mai 2010 : La patiente annonça la disparition de sa dépression, son sommeil était normal, elle n’avait plus besoin d'utiliser des somnifères.

Symptômes récents : la transpiration, la crainte du vent et l’aversion pour le froid n’étaient plus apparents. Inconfort de l’épigastre et des flancs, persistance de la gingivorragie, harmonie dans la bouche, appétit ok, douleurs articulaires, rigidité matinale atténuées comparé à ce qu’elles étaient auparavant. Enduit lingual blanc, Pouls xi [fin] et xian [tendu].

14 doses de la formule précédente furent prescrites avec Fuzi porté à 15 g, Huangqi (sheng) porté à 18 g, et ajout de Dangshen 6 g.  

Du fait du long trajet pour venir consulter, le Pr Feng Conseilla à sa patiente de continuer de prendre cette dernière prescription et d’arrêter une fois les que les douleurs articulaires aurons cessés.

Remarque :

Le syndrome Guizhi jia fuzi tang décrit dans l'article 20 du Shanghanlun :

太陽病,發汗,遂漏不止,其人惡風,小便難,四肢微急,難以屈伸者,桂枝加附子湯主之。

Lorsque, dans une maladie taiyang, la sudorification se fait profuse, ne s’arrête plus et que le patient craint le vent, a des difficultés mictionnelles, de légers spasmes des quatre membres et des difficultés de flexion extension, il relève de Guizhi jia fuzi tang".

Cette situation est, en général, considérée comme étant dû à une sudorification excessive qui n'a pas libéré le syndrome de Surface et qui a entraîné une double blessure du Yin et du Yang. Traditionnellement on considère qu’il s’agit toujours d’une maladie taiyang. Selon le système jingfang, la transpiration erronée n’a pas libéré le Vide de surface taiyang et a entraîné son enfoncement en syndrome Yin avec au final une maladie shaoyin. Guizhi tang traite une maladie taiyang, autrement-dit un syndrome Yang du biao ; Guizhi jia fuzi tang traite une maladie shaoyin, c’est-à-dire un syndrome Yin du biao. Au même titre que l’on distingue, au sein des maladies taiyang, Guizhi tang et Mahuang tang selon la présence ou non de transpiration, Guizhi jia fuzi tang est opposé à Mahuang fuzi gancao tang dans le sens où la première formule traite une maladie shaoyin avec transpiration, la seconde répond à une maladie shaoyin avec absence de transpiration. Les deux formules utilisent Fuzi qui stimule le déclin afin de traiter l’enfoncement dans le Yin du syndrome du biao. La différence réside dans le fait que dans une formule on associe Guizhi afin de libérer la surface musculaire [jie ji], et que dans l'autre on associe Mahuang pour produire une légère transpiration.

Lors de la première visite on peut dire "tous les symptômes apparaissent en masse". Les principales complaintes qui sont : insomnies, douleurs articulaires, peuvent facilement conduire le médecin à régulariser le Qi et le Sang, libérer la répression et calmer le Shen ou de commencer par éliminer le Vent-Humidité, disperser le Froid et débloquer l'obstruction [tong bi]. Or, Le Pr Feng Shilun, saisissant la transpiration, la crainte du vent, l’aversion pour le froid, l’harmonie dans la bouche, a directement identifié un syndrome Yin du biao (maladie shaoyin) correspondant au fangzheng Guizhi jia fuzi tang. Il ajouta Huangqi (sheng) pour renforcer le biao. Le Pouls chen [profond], xi [fin] et xian [tendu] à gauche, l’enduit lingual blanc, le pi épigastrique signent la présence de rétention interne de Phlegmes-Froid justifiant l’ajout de Fuling, Cangzhu pour tiédir et transformer les Phlegmes-Froid. Lors de la seconde visite, le Pr Feng réfléchit à la présence de Phlegmes pathogène transformés en Chaleur, ce qui fait qu’il ajouta Shengdihuang et Fangji afin de traiter Phlegmes & Chaleur.

Notons aussi que le diagnostic et le traitement de ce cas, qui correspond bien selon la nosographie de la médecine chinoise, à la catégorie yuzheng 鬱證 [syndrome de surpression] n’a pas du tout pris en considération la dépression elle-même, cependant une fois l’agent pathogène évacué, le Yang restauré, les Phlegmes éliminés, le Correct rétabli, ying et wei régulés, Qi et Sang rétablis dans leur libre circulation, le syndrome de surpression [yuzheng] se dissipe spontanément.

Cas n° 3, Madame Wei, 56 ans.

Première consultation 10 octobre 2013 : Cette patiente, chez qui a été diagnostiqué une sévère dépression, se plaint d’insomnie depuis plus d’un an. Chaque nuit, elle se réveille plus de dix fois et ne dort pas plus de 2 heures malgré la prise continue de somnifère. Elle souffre également de bouffées de chaleur et de transpiration.

Au moment de la consultation, la patiente était dans un état dépressif, tendu. Elle se plaignait aussi du crainte du vent et du froid, de migraine côté droit, de douleur dentaire, de dysphorie [xinfan], de bouche amère, de dessèchement de la bouche, d’anxiété, d’acouphènes, de fatigue, de refroidissement des deux mollets et de manque d'appétit. Selles et urines normales, langue rouge pâle avec un enduit blanc et gras à la racine, Pouls xian [tendu] complètent le tableau clinique. La patiente signala aussi une perte de poids importante de plus de 30 kg ces 3 dernières années.

Diagnostic & traitement : hebing [maladies simultanée] taiyang shaoyang yangming taiyin correspondant au fangzheng [syndrome de formule] Chaihu jia longgu muli qu dahuang qiandan jia huafen yuanzhi changpu tang.

Chaihu 12 g, Huangqin 10 g, Jiangbanxia 15 g, Dangshen 10 g, Zhigancao 6 g, Longgu 15 g, Muli 15 g, Guizhi 10 g, Fuling 15 g, Tianhuafen 10 g, Yuanzhi 10 g, Changpu 10 g, Shengjiang 15 g, Dazao 4 fruits.

Seconde visite le 17 octobre : Après 7 doses de la formule ci-dessus, le sommeil s'est clairement amélioré, la patiente a cessé la prise de somnifères et peut dormir entre 5 et 6 heures par nuit. Les acouphènes ont diminués, le froid des jambes et la bouche amère ont cessés. Seul persistait les palpitations, la bouche sèche, la migraine côté gauche, la patiente présentait aussi des mictions fréquentes et de la nycturie à raison de 1 à 2 fois chaque nuit. Sa langue était rouge et montrait un enduit blanc et gras à la racine, son Pouls état xi [fin].

7 doses de la même formule furent prescrites avec augmentation de Jiangbanxia (porté à 30 g) et ajout de Cangzhu 15 g.

Troisième visite le 31 octobre : Son sommeil était normal, les palpitations avaient diminués, la bouche sèche avait cessé, elle ne se levait qu’une fois par nuit pour uriner, nycturie à raison de 1 fois par nuit, les mictions fréquentes étaient moins prononcées, sa migraine côté gauche, comparé à ce qu'elle était auparavant, avait diminué, elle percevait un bruit subjectif derrière la tête, elle avait peu d'appétit, une sensation brûlante sur la langue prononcée la nuit et transpirait un peu. Langue sombre, enduit blanc et gras, Pouls xi [fin].

7 doses de la formule précédente furent prescrites avec remplacement de Jiangbanxia par Qingbanxia et ajout de Baishao 10 g, Wuzhuyu 10 g, Shigao 45 g.

Résultat : disparition de tous les symptômes après 7 doses supplémentaires de la formule prescrite lors de la troisième visite.

Remarque :

Lors de la première consultation, la patiente présentait de la crainte du vent et du froid, des bouffées de chaleur, de la transpiration, une céphalée montrant un syndrome du biao taiyang. Les acouphènes sont souvent le fruit d’une Chaleur comprimée du shaoyang ou d’une irruption vers le haut du Qi de l’Eau [shuiqi] ; combinées au manque d'appétit, à l'odontalgie, à la dysphorie [xinfan], à l'amertume et à la sécheresse de la bouche, permettent d’identifier un syndrome Yang mi-superficiel mi-interne, autrement-dit un syndrome Xiao chaihu tang de maladie shaoyang ; mais combinées au refroidissement des jambes et à l'anxiété on peut aussi dégager une atteinte externe/Phlegmes interne (maladies simultanées taiyang/taiyin) correspondant au syndrome Ling gui zhu gan tang.

Ici, l’insomnie, l’anxiété, la dépression, les bouffées de chaleur, signaient un hebing [maladies simultanées] taiyang yangming, correspondant au syndrome Guizhi gancao longgu muli tang ; plus Tianhuafen qui clarifie la Chaleur et arrête la soif et vise la Chaleur du yangming ; plus Changpu et Yuanzhi qui calment le Shen, stabilisent la conscience et libèrent la répression. Donc le fangzheng correspondant est Chaihu jia longgu muli qu dahuang qiandan jia huafen yuanzhi changpu tang.

Lors de la seconde consultation, les symptômes étaient nettement améliorés. La persistance des palpitations, de la bouche sèche et l’apparition de nycturie étaient dus aux Phlegmes relativement importants et à l’irruption ascendante du Qi de l’Eau [shuiqi], Cangzhu fût donc ajouté ; combinés aux céphalées et aux palpitations il y avait persistance d’agent pathogène externe qui n’était toujours pas éliminé. Donc le simple ajout de Cangzhu permit d’introduire le principe de la formule Ling gui zhu gan tang pour libérer le biao et transformer les Phlegmes Banxia fût augmenté pour renforcer l'action d'abaisser le contre-courant et de transformer les Phlegmes.

Lors de la  troisième visite tous les symptômes avaient diminués mais les céphalées étaient encore présentes. Les migraines opiniâtres sont souvent dues à une situation d’atteinte externe/Phlegmes interne avec irruption ascendante des Phlegmes pathogènes. Il fût donc ajouté Baishaoyao (combiné à Guizhi pour libérer le biao tout en harmonisant ying/wei) ; Wuzhuyu afin de tiédir et transformer les Phlegmes-Froid [hanyin] ; ainsi que Shigao (assisté par Wuzhuyu pour traiter Chaleur) pour clarifier la Chaleur du yangming.

Le Pr Hu Xishu utilise souvent Wuzhuyu/Shigao (froid & chaud) combinés dans le traitement des céphalées et des migraines opiniâtres avec de très bons résultats ; bien entendu dans le cadre de contre-courant de Phlegmes avec phénomènes de Chaleur yangming afin de tiédir le Centre, d’abaisser le contre-courant et de chasser les Phlegmes (racine [ben] de la maladie) tout en clarifiant la Chaleur (branche [biao] de la maladie).

Chaihu jia longgu muli tang provient de l'article 107 du Shanghanlun "Lorsque dans un shanghan, qui dure depuis huit ou neuf jours, on a utilisé la purgation et qu’il y a réplétion dans la poitrine, frayeur sévère [fanjing], dysurie, délire verbal, lourdeur de tout le corps et impossibilité de se tourner, cela relève de Chaihu jia longgu mui tang" : Shanghan de huit ou neuf jours, donc la maladie est déjà passé dans le shaoyang et le médecin à utilisé par erreur la purgation. Les symptômes observés sont : réplétion de la poitrine, donc on sait que le syndrome Chaihu n'a toujours pas cessé ; nouée en haut de l’Humidité-Chaleur, il y a donc dysphorie-frayeur [fanjing] avec dysurie ; l'Estomac n'est plus en harmonie, la Chaleur pathogène perturbe le Shen et cause le délire verbal ; le Qi de l'Eau déborde en périphérie, il y a donc corps lourd et l’impossibilité de tourner le tronc.

En somme, il s’agit de Xiao chaihu tang (sans Gancao) qui soutient le Correct, chasse l’agent pathogène, harmonise le shaoyang et clarifie la Chaleur, plus Guizhi qui abaisse l'irruption, Fuling qui fait s'écouler l'Eau, Dahuang qui purge, Longgu/Muli/Qiandan qui calment le Shen. Cette formule est utilisée en cas de syndrome Xiao chaihu tang accompagné d’irruption de Qi [qishangchong], de palpitations, de difficultés urinaires et défécatoires, de et d’instabilité psychique. Notons que Qiandan, utilisé dans la formule originale, est généralement retiré du fait de sa toxicité ; parfois Cangzhu est ajouté pour traiter simultanément le taiyin (atteinte externe/Phlegmes interne, introduisant ainsi Ling gui zhu gan tang) ; parfois Shigao remplace Dahuang dans le cas où l’on n’observe que des symptômes externe du yangming et donc pas encore de Plénitude des Entrailles.



© Coursdemedecinechinoise.com

25/11/2015