ACCUEILFORMATIONSPUBLICATIONSADRESSES UTILESCONTACT
Cours de médecine chinoise


L'expérience unique du traitement de l'asthme

du Pr Hu Xishu


Si, du point de vue du diagnostique différentiel des liujing [liujing bianzheng], l’asthme et la dyspnée xiaochuan 哮喘 paraissent fréquemment sous la forme d’atteinte du taiyang, nombreux sont les cas dans lesquels la maladie se présente à travers des atteintes du shaoyang ou du yangming. Mais les formes les plus courantes se présentent, selon le Pr Hu, sous la forme de bingbing 并病 [maladies associées] combinant 2 ou 3 niveaux du Yang et se manifestent, généralement, sous la forme de syndrome de type Plénitude.

哮喘病發雖在肺痰飲瘀血為主因

BIEN QUE L'ASTHME SURVIENNE DANS LE POUMON, TANYIN ET STASE DE SANG EN CONSTITUENT LE FACTEUR ESSENTIEL.

Zhu Danxi, de la période Yuan stipulait : "哮主于痰" «L'asthme est principalement associé aux Phlegmes.» Zhang Jingyue, de la fin des Ming, disait : "喘有夙根, 遇寒即發, 或遇勞即發者, 亦名哮喘" «La dyspnée [chuan] a pour racine la pérennité [su]. Lorsqu’elle survient lors d'atteinte du Froid ou à l’occasion d'épuisement [lao], ce qui se manifeste c'est de l'asthme  xiaochuan.» Ces énoncés, expliquent que l’asthme se présente souvent sous la forme de syndrome de Plénitude due à la présence d’un Qi pathogène avec forme. Dans certains cas où il n'y a pas de dyspnée, d’expectoration ou de symptômes du biao, il est clair que le syndrome ne correspond pas à une atteinte du taiyang. Lorsque, lors de crise d’asthme, les symptômes comprennent réplétion de la poitrine, douleur des flancs, transpiration, sécheresse de la gorge et selles sèches, le syndrome s’apparente à un hebing [maladies simultanées] shaoyang yangming. Habituellement aggravées au cours de la nuit, lorsque les crises de respiration sifflante ne sont pas accompagnées d’expectorations, on peut exclure la problématique des Phlegmes, car dans ce cas, l’obstruction provient essentiellement de Stase de Sang. Ce type de situation doit être considéré en tant que hebing [maladies simultanées] shaoyang yangming avec Stase de Sang concomitante. Le traitement repose sur Da chaihu tang associé à Guizhi fuling wan.

Il est à noter que, durant la phase de rémission de l'asthme, ou après une longue période de l'asthme, il peut y avoir, chez certains patients, certaines manifestations du Vide, généralement attribuées à la longue période de maladie qui aurait blessé les Reins. Nombreux sont les praticiens qui considèrent cela comme la racine de l'asthme, ce qui, selon le Pr Hu, est quelque peu arbitraire. Wang Kentang, dans son Zheng zhi zhusheng stipulait : "L’origine est la blessure, la dyspnée provient de l’ascension du Qi des Reins." Cependant, ceci fait généralement référence à l’emphysème pulmonaire [feiqizhong], caractérisé par un souffle court et de la dyspnée et dans lequel le stertor laryngé de l’asthme est rarement observé. Bien que l’asthme associé à l’ascension du Qi des Reins ait un fondement théorique, il est important de noter qu’il s’agit d’un type d’asthme rare et qu’accorder trop d'importance à cette théorie peut conduire à des erreurs de traitement. Il doit être clairement entendu que, s'il convient de faire attention à l’existence possible d’un syndrome de type Vide, l'asthme est, le plus souvent, associé à la Plénitude.

En général, on considère que "la racine pérenne" 夙根 sugen de l’asthme désigne, le plus souvent, l’excès de tanyin, mais d’après la longue expérience clinique du Pr Hu, il faut considérer la Stase de Sang comme un facteur important de l’asthme. En somme, on peut dire que le facteur essentiel (appelé par Zhang Jingyue "facteur pérenne") de l'asthme sont les tanyin et la Stase de Sang et que les facteurs déclencheurs sont l’atteinte externe, les blessures alimentaires, physiques ou chimiques, ainsi que les troubles émotionnels. En outre, des recherches contemporaines ont aussi démontré que dans la trachéite (incluant l’asthme bronchique), la présence de thrombogenèse intravasculaire entre les bronchioles terminales et les alvéoles pulmonaires, concordait avec la présence de Stase de Sang dans le Poumon ou d’accumulation de Sang sous les flancs.

Dans cet article, nous nous pencherons sur ces syndromes de Plénitude et les formules utilisées par Hu Xishu que nous diviserons en 3 grandes catégories : Tanyin [Phlegmes-muqueux] comme cause principale ; b) Stase de Sang comme cause principale ; c) Tanyin [Phlegmes-muqueux] et Stase de Sang comme cause principale.

TANYIN [PHLEGMES-MUQUEUX] COMME CAUSE PRINCIPALE

Atteinte externe et Phlegmes internes concomitants est un syndrome courant dans les pathologies de type asthme et dyspnée [xiaochuan]. Les personnes constitutionnellement prédisposés aux shuiyin [Phlegmes-aqueux] ou aux Mucosités troubles cachés à l’intérieur du corps, une fois assailli par une atteinte externe, l’agent pathogène externe va agiter les Phlegmes internes et produire ainsi l’obstruction et l’inversion du (Qi) du Poumon responsable de l’asthme et de la dyspnée. Dans ce type de situation, le traitement consiste à favoriser la transpiration, libérer le biao, tiédir et transformer les Phlegmes.

1 Syndrome Shegan mahuang tang. Symptômes principaux : crainte du froid, douleurs généralisées, expectorations abondantes, stertor laryngé relèvent de Shegan mahuang tang. En cas de bouche sèche, de langue desséchée, de sensation de malaise au niveau du cœur [xinfan], ajouter Shigao.


2 Syndrome Xiao qinglong tang. Symptômes principaux : crainte du froid, douleurs généralisées, absence de transpiration, toux avec un besoin de se reposer, mais avec l’impossibilité de s’allonger, expectorations de mucosités blanchâtres et mousseuses, relève de Xiao qinglong tang. En cas de gorge sèche, de dysphorie-agitation [fanzao], ajouter Shigao.


3 Syndromes Gegen tang combiné à Xiao xian xiong  tang. Symptômes principaux : Hypertonicité de la nuque et du dos, réplétion et oppression, parfois douloureuse, de la poitrine, fièvre et crainte du froid avec dyspnée, relève de la combinaison de Gegen tang / Xiao xian xiong tang. En cas de sensation de malaise dans le cœur [xinfan] prononcé, ajouter Shigao.


4 Syndrome Ling gan wuwei jiang xin xia xing tang. Symptômes principaux : toux, dyspnée avec sensation de réplétion, expectorations de mucosités mousseuses et blanchâtres, harmonie dans la bouche (ni soif, ni bouche amère), relève de Ling gan wuwei jiang xin xia xing tang.


5 Syndrome Mahuang fuzi xixin tang. Symptômes principaux : crainte du froid, absence de transpiration, parfois crainte du froid dans le dos, refroidissement des membres, torpeur, asthénie psychique, Pouls chen [profond] et xi [fin], relève de Mahuang fuzi xixin tang.


STASE DE SANG COMME CAUSE PRINCIPALE

Lorsqu’à l’origine, la Stase de Sang est caché à l’intérieur du corps, une fois touché par une atteinte externe, les changements provoqués par la contraction d’une atteinte externe, une blessure alimentaire ou les sept sentiments vont inciter la Stase de Sang à attaquer le Foie et le Poumon et causer dyspnée et asthme.

1 Syndrome Da chaihu tang associé à Guizhi fuling wan. Symptômes principaux : réplétion douloureuse de la poitrine et des flancs, difficultés respiratoires, spasmes épigastrique, bouche amère, gorge sèche, selles desséchées.


2 Syndrome Da chaihu tang associé à Taohe chengqi tang. Symptômes principaux : symptômes similaires au syndrome précédent avec réplétion et distension de l’abdomen, exonération difficile des selles.

Variations :

- En cas de bouche sèche, de langue desséchée ou de soif sévère, ajouter Shigao.

- En cas de syndrome externe concomitant avec fièvre, crainte du froid et absence de transpiration, ajouter Gegen tang.

- En cas de gorge sèche, dysphorie-agitation [fanzao], ajouter Shigao.

- En cas de transpiration et de dyspnée marqué, ajouter Ma xing shi gan tang.



TANYIN [PHLEGMES-MUQUEUX] ET STASE DE SANG COMME CAUSE PRINCIPALE

Les situations avec atteinte externe, Phlegmes et Stase de Sang dans l’interne sont, également, fréquemment observés. Ainsi, un patient présentant simultanément les signes et symptômes de Xiao qinglong tang, Da chaihu tang et Guizhi fuling wan, relève de l’association de ces 3 formules. Si le patient est constipé, on remplace Guizhi fuling wan par Taohe chengqi tang. Si à la place de Xiao qinglong tang, on observe un syndrome Shegan mahuang tang, on utilisera cette dernière comme la formule principale que l’on associera à Da chaihu tang combiné à Guizhi fuling wan ou Taohe chengqi tang selon les symptômes qui l'accompagnent. En outre, en cas de bouche et de langue sèche ou de dysphorie-agitation [fanzao], on ajoute Shigao.

CAS CLINIQUES

Cas n° 1, M. Kang, 36 ans, n° de dossier 143153.

Première consultation le 29 avril 1964. Trois ans plus tôt, après avoir mangé des piments, Monsieur Kang a développé une toux. Depuis, il a pris des médicaments occidentaux sans amélioration. La respiration sifflante a persisté de l'hiver à l'été et chaque crises était souvent provoquée par une toux occasionnelle ou de l'éternuement. En outre, s'il présentait une sensation d'ingestion, des selles desséchées, c'était le signe d'une crise imminente. Pendant une crise, le patient souffrait de plénitude et d'oppression de la poitrine, il avait besoin de repos pour reprendre son souffle et ne pouvait rester allonger (orthopnée). Après avoir été traité dans les grands hôpitaux de Changchun, Shenyang, Harbin, il est venu se faire soigner à Pékin. À la capitale, il a également sollicité plusieurs médecins et subit de nombreuses procédures, y compris une méthode chirurgicale impliquant l'artère carotide. Tout ces traitement se sont révélés inefficaces, et les prescriptions de pharmacopée chinoise visant à diffuser le Poumon calmer dyspnée tonifier les Reins et capter le Qi, pendant plus de 7 mois non apporter aucune amélioration. Dans un état de grandes souffrances et ayant perdu tout espoir de guérison, son intention était de revenir dans sa ville natale et d'attendre la mort. C'est à ce moment là que lui fut recommandé le Pr Hu chez qui il était prêt pour une dernière tentative.

Symptômes : Dyspnée oppressante, distension et réplétion de la poitrine et de l'abdomen aggravées durant la nuit. Crise d'asthme durant la nuit, orthopnée, transpiration profuse, bouche sèche, constipation, palpitations et sensation de malaise dans le cœur [fan], sommeil léger, réveil facile. Langue avec un enduit blanc et fin. Pouls chen [profond] et huan [relâché].

Le Pr Hu lui prescrit : Da chaihu tang associé à Guizhi fuling wan plus Shigao.

Chaihu 12 g, Huangqin 10 g, Shengjiang 10 g, Banxia 12 g, Zhishi 10 g, Zhigancao 6 g, Baishao 10 g, Dazao 4 fruits, Dahuang 6 g, Guizhi 10 g, Taoren 10 g, Fuling 10 g, Danpi 10 g, Shigao 45 g.

Seconde visite le 3 mai : Après deux doses, les symptômes ont commencé à diminuer, après la troisième, ses selles étaient aisées, la respiration sifflante avait disparu, toutes les sensations de réplétion de la poitrine et des flancs, de distension abdominale, de palpitations et de dysphorie [fan] n'étaient plus aussi prononcés. Le patient a alors interrompu l'aminophylline et a continué avec encore trois autres doses de la formule pour consolider le traitement.

Troisième visite : le 25 septembre 1966, le patient est revenu à Pékin à l'occasion d'un voyage d'affaires. Il s'est rendu à la clinique pour signaler son état de santé. Il a dit qu'au cours des deux dernières années, il avait attrapé plusieurs rhumes avec de la toux, mais que son asthme n'était jamais réapparut.

Remarque : Ce patient souffrait d'asthme bronchique depuis plus de trois ans et, durant cette période, l’utilisation de la médecine occidentale et de la pharmacopée visant à diffuser le Poumon calmer dyspnée tonifier les Reins et capter le Qi, ont été sans aucun effet. Le problème provenait d'un diagnostic différentiel incertain dont découlait l'utilisation de la tonification pour une Plénitude. Comme la prescription ne correspondait pas au syndrome, la maladie a perduré. Les symptômes clefs : sensation de réplétion et d'oppression de la poitrine et des flancs, palpitations, dysphorie [fan], induration des selles, sont caractéristique d'un hebing [maladies simultanées] shaoyang yangming. La pathologie n'a pas été causée par une atteinte externe et ne présente pas de syndrome de type tanyin [Phlegmes-aqueux]. Cependant, le fait que les symptômes étaient légers durant la journée et plus sévère la nuit indique souvent la présence de Stase de Sang. Pour résumé, il s'agit d'un syndrome combiné de Da chaihu tang et de Guizhi fuling wan plus Shigao. Cette prescription permet de libérer le syndrome concomitant shaoyang yangming tout en activant le Sang et en chassant les Stases.

Xu Lingtai stipule "用藥如用兵論 : 實邪之傷攻不可緩,用峻厲之藥而以常藥和之" «Sur l’usage des drogues comme on utilise des soldats : En cas de blessure par un agent pathogène (de type) Plénitude, on ne peut l'attaquer modérément. Il faut employer des drogues drastiques tout en harmonisant (leurs effets) avec des drogues courantes.» Comme le patient présentait de l'asthme causé par une Stase de Sang, le traitement devait consister à rapidement attaquer la Stase avec des drogues drastiques comme Dahuang, Zhishi, Taoren, associé à des drogues harmonisante comme Dazao, Gancao, Fuling, Shengjiang. Ainsi, la combinaison de Da chaihu tang avec Guizhi fuling wan plus Shigao permet d'attaquer l'agent pathogène sans blesser le Correct.

Cas n°2 : Mme Wang, 62 ans (dossier n°18161)

Toux, dyspnée depuis plus de 10 ans à la suite d'une pneumonie. Chaque automne et l'hiver les crises apparaissent, puis disparaissent durant le printemps et l'été. Cependant depuis l'hiver dernier les symptômes ont perduré tout au long de l'année. Après avoir attrapé un rhume à la fin du mois dernier, sa respiration sifflante et sa dyspnée ont empiré.

Symptômes : respiration sifflante et dyspnée sévère, l'empêchant de se coucher la nuit (orthopnée), stertor laryngé accompagné de toux avec expectoration abondante de mucosités blanches. Crainte du froid, froid dans le dos, harmonie dans la bouche, selles molles survenant deux à trois fois par jour. Langue avec un enduit blanc, légèrement gras. Pouls xian [tendu] et xi [fin].

Shegan mahuang tang a été prescrit.

Shegan 10 g, Mahuang 10 g, Sangbaipi 10 g, Shengjiang 10 g, Guizhi 6 g, Zhigancao 6 g, Wuweizi 10 g, Kuandonghua 10 g, Ziwan 10 g, Banxia 10 g, Xingren 10 g.

Résultats : Après avoir pris trois doses de la formule ci-dessus, la respiration sifflante s'est arrêtée, cependant, les toux accompagnées d'expectoration abondante étaient toujours présentes et le poumon gauche présentait encore un râle occasionnel mais moins prononcé. Le Pr Hu continua avec la même formule.

Lors d'une consultation de suivi le 17 Juillet, la patient avait seulement une oppression de la poitrine avec expectoration de petites quantité de mucosités blanchâtres.

Remarque : Il s'agit d'un cas de bronchite asthmatique avec respiration sifflante et dyspnée de longue durée. Cependant, au moment de la consultation, l'agent pathogène externe était prononcé. Les symptômes principaux étaient stertor laryngé, toux accompagné d'expectorations abondantes de mucosités blanches, crainte du froid et froid dans le dos. Ce syndrome est sans aucun doute une situation d'atteinte externe avec Phlegmes internes. Il convient de favoriser la transpiration, libérer le biao, éliminer les Mucosités et calmer la dyspnée. Du fait de l'abondance de mucosités dans la gorge (stertor), le Pr Hu a donné une variation de Shegan mahuang tang.

Cas n°3 : Mme Tian, 20 ans, dossier n° 129

Le 15 janvier 1959, une femme de 20 ans s'est présenté à la clinique avec de l'asthme et de la toux qui dure depuis 5 jours. En outre, la patiente souffre de crises d’asthme avec de la toux, depuis un coup de froid attrapé en hiver 1956. C’est près avoir été hospitalisé lors d'une crise, le diagnostic d’asthme bronchique lui a été posé. Alors qu’elle avait déjà pris trois doses de pharmacopée chinoise, sans effet, elle est venue en consultation.

Symptômes : Respiration sifflante et dyspnée [xiaochuan], toux, soulèvement des épaules, décubitus impossible (orthopnée), stertor laryngé prononcé, asthme aggravé par les quintes de toux, sensation suffocante dans la poitrine, dyspnée inspiratoire, troubles de l'appétit, dégoût pour les aliments gras, selles rares et desséchées, douleur des coudes et des genoux. Langue avec un enduit fin et jaune. Pouls xi [fin] et shuo [rapide].  

Diagnostic : Hebing [maladies simultanées] shaoyang yangming, syndromes combinés de Da chaihu tang, Gegen tang et Da qinglong tang.

Chaihu 12 g, Zhishi 10 g, Baishao 10 g, Huangqin 10 g, Jiujun [Dahuang] 10 g, Shengjiang 10 g, Dazao 4 fruits, Banxia 10 g, Mahuang 10 g, Gegen 10 g, Xingren 10 g, Guizhi 10 g, Zhigancao 3 g, Shigao 45 g.

Seconde visite : Après une dose, l'asthme a cessé, l’enrouement à diminué, seule la sensation d'oppression de la poitrine et la toux accompagné d'expectoration de mucosités blanches persistaient. Le Pr Hu changea la formule et prescrivit : Xuanfuhua 10 g, Zisuzi 10 g, Banxia 6 g, Juhong 3 g, Xingren 10 g, Ziwan 6 g, Sangbaipi 10 g, Zhigancao 3 g.

Troisième visite le 17 janvier : Dyspnée toujours présente, stertor laryngé, tous avec expectoration écumeuse blanchâtre, voix enrouée, sensation douloureuse dans la poitrine et les flancs, gorge serré. Langue avec un enduit fin et jaune. Pouls xiao [petit] shuo [rapide]. Il s'agissait d’un hebing [maladies simultanées] taiyang yangming non éliminé pour lequel le Pr Hu donna une combinaison de Da chaihu tang et de Da qinglong tang modifié : Chaihu 12 g, Zhishi 10 g, Baishao 10 g, Banxia 10 g, Shengjiang 10 g, Dazao 4 fruits, Mahuang 10 g, Guizhi 10 g, Xingren 10 g, Zhigancao 3 g, Shigao 45 g, Zhizi 10 g, Houpo 10 g.

Quatrième visite le 21 janvier : après 3 doses la dyspnée s’est arrêté. Affecté par un Vent-Froid la veille, la patiente s’est réveillée avec encore cette sensation de gorge serré, une légère dyspnée, de la toux avec expectoration de mucosités blanchâtres et une urticaire prurigineuse au niveau des membres inférieurs. Elle avait des mictions concentrées, des selles desséchées, de l’inappétence, un enduit lingual fin, jaune et gras, son Pouls était xi [fin] et shuo [rapide]. Comme il s’agissait d’une situation d’excès externe avec légère présence d’une Chaleur interne, il était nécessaire de libérer le biao, transformer les Phlegmes, secondairement clarifier la Chaleur interne. Xiao qinglong tang plus Shigao fut prescrit :

Mahuang 10 g, Baishao 10 g, Guizhi 6 g, Banxia 10 g, Xixin 6 g, Paojiang 6 g, Wuweizi 10 g, Zhigancao 3 g, Shigao 45 g.

Cinquième visite le 22 janvier : après 1 doses de la formule ci-dessus la toux et la dyspnée se sont calmés. Le Pr Hu changeant la formule pour prescription orienté sur l’urticaire et l’appétit. La patiente quitta l’hôpital au bout de deux jours.

Remarque : Cette patiente, chez qui on s’est quasiment contenté de "diffuser le Poumon", alors qu’elle souffrait d’un syndrome de Plénitude, a incité le Qi pathogène à monter attaquer le Poumon, aggravant le contre-courant dyspnéique [chuanni].

Au tout début, les manifestations telles que respiration sifflante et  dyspnée [xiaochuan], réplétion de la poitrine, orthopnée, selles rares et desséchées correspondaient à une Plénitude de Chaleur interne. L’obstruction nasale, l’enrouement, les douleurs articulaires correspondaient au Froid externe. Il s’agissait d’un hebing [maladies simultanées] taiyang yangming relevant de la combinaison des 3 formules que sont Da chaihu tang, Da qinglong tang et Gegen tang. Après une dose, la respiration sifflante s’est calmée. Durant la seconde visite, la prescription fut changée et, malgré le fait que la formule diffusait le Poumon et transformait les Mucosités, comme la Plénitude n’était toujours pas traitée, la respiration sifflante et la dyspnée ont récidivé. À la troisième visite, malgré la persistance du Froid externe qui ne se manifestait qu’à travers quelques douleurs articulaires, la prépondérance des tanyin exprimé par les autres symptômes comme la toux, la dyspnée, les expectorations, orientait sur le syndrome Da chaihu tang. La combinaison de Da chaihu tang avec Da qinglong tang modifié fut donc prescrite. À la quatrième visite, le coup de Vent-Froid inopiné, en s’associant à la Chaleur interne a engendré un syndrome Xiao qinglong jia shigao tang.

Cas n°4 : Mme Xu, 30 ans, dossier n° 3965

Première visite le 29 juin 1964 : Toux, dyspnée et souffle court, depuis plus de 10 ans, qui s’aggrave tous les hivers.

Aggravation des crises, ces deux dernières années avec deux épisodes d’hémoptysie, accompagné de mauvaise humeur, à la suite du décès de son épouse. Cette année, après la fête du printemps, l’état de la patiente s’est progressivement détérioré et ne s’est pas amélioré jusqu’à présent. Après avoir été hospitalisée le 26 mai de cette année, le diagnostique de bronchite asthmatique et d’emphysème lui ont été posés. Comme, non seulement, tous les traitements qui ont été prescrit (des variations de formules comme Suzi jiang qi tang combiné à Ding chuan tang, Ma xing shi gan tang, Sang xing tang), pendant plus d’un mois, ont été sans effet et que l’état de la patiente s’est aggravé après l’ajout de Gejie et Xiyangshen (dosé à plus de 60 g), du 19 au 29 juin, la patiente est venu consulter le Pr Hu.

Symptômes : Dyspnée avec soulèvement des épaules, palpitations cardiaques souffle court, transpiration à grosses gouttes, toux, dyspnée avec orthopnée, expectoration de mucosités mousseuses blanchâtres, parfois jaunâtres, rougeur du visage, fatigue, difficultés à bouger, difficultés à parler, diminution de l'appétit, selles et urines normales, parfois douleur des lombes et du dos, état dépressif, pleures fréquents, enduit lingual blanc et gras, Pouls xi [fin] wei [ténu] shuo [rapide].

Pour le Pr Hu, il s’agissait d’un er yang hebing 二陽合病 [maladies simultanées des 2 Yang] et prescrivit Da chaihu tang associé à Taohe chengqi tang.

Chaihu 12g, Banxia 10 g, Huangqin 10 g, Baishaoyao 10 g, Zhishi 10 g, Dahuang 6 g, Shengjiang 10 g, Dazao 3 fruits, Taoren 10 g, Guizhi 6 g, Danpi 10 g, Zhigancao 6 g, Dongguazi 10 g, Shigao 45 g.

Deuxième visite le 1er juillet : Après une dose, légère diminution de la dyspnée, la transpiration a fortement diminuée, la patiente peut s’allonger. Cependant, comme la patiente a pris froid la nuit dernière, elle s’est réveillée avec un mal de tête. Le Pr Hu prescrit la même formule en retirant Dongguazi et en ajoutant 24 g de Gualou.

Troisième visite, le 2 juillet : Amélioration de l’humeur, la patiente pouvait marcher lentement et retrouver de l’autonomie, la rougeur du visage avait légèrement diminuée. Hier soir, survenue des règles avec 15 jours d’avances, de couleur pâle et sans caillots. Par ailleurs, la patiente avait des selles molles. Le Pr Hu prescrivit une nouvelle variation de la formule initiale : Chaihu 12 g, Baishao 10 g, Zhishi 10 g, Banxia 10 g, Huangqin 10 g, Zhigancao 10 g, Shengdihuang 15 g, Maimendong 10 g, Gualou 30 g, Shigao 60 g.

Quatrième visite, le 4 juillet : L’état de la patient se stabilisait progressivement, son appétit s’améliorait un peu. Léger stertor dans la gorge, de temps en temps sensation de chaleur et de douleur dans la poitrine, enduit lingual fin et jaune et gras, épais à la racine, Pouls xi [fin] et hua [glissant]. Variation de la formule initiale :

Chaihu 12 g, Baishaoyao 12 g, Banxia 10 g, Huangqin 10 g, Shengjiang 10 g, Dazao 3 fruits, Zhishi 10 g, Maimendong 12 g, Gualou 30 g, Dahuang 6 g, Zhigancao 6 g, Zhuru 6 g, Fuling 6 g, Guizhi 10 g, Muli 24 g, Shigao 60 g.

Cinquième visite le 11 juillet : État de la patiente stabilisé, la nuit elle dort calmement, son appétit a augmenté, seul persistait, le matin, une légère dyspnée avec souffle court. Elle retourna chez elle où elle poursuivit son traitement avec une variation de la formule précédente.

Remarque : Le déclin de zhengqi était bien réel chez cette patiente, mais comme il y avait, en même temps, Plénitude interne et atteinte externe, le médecin aurait dû, en tout premier lieu, libérer le biao, puis traiter la Plénitude interne. Au lieu de cela, l’utilisation de toniques comme Renshen et Gejie revient à ouvrir la porte aux bandits, comme le souligne Xu Lingtai : "À l'instar de Gancao et Renshen, dont l’utilisation erronée cause des dommages, toutes sont de la catégorie des drogues toxiques". Durant la première consultation, le Pr Hu remarqua que le syndrome du biao était en train de disparaître et que le problème principal relevait de la présence de Mucosités-Chaleur associé à des Stases de Sang dans l’interne. Donc, après une dose de Da chaihu tang combiné Taohe chengqi tang, la dyspnée s’est un peu calmé et la transpiration profuse s’est atténuée. À la troisième consultation, la Plénitude avait quasiment réduite de moitié mais, à cause de la transpiration, les Liquides et le Sang ont été lésés, occasionnant les règles en avances de couleur pâle. Comme il convenait, à ce moment là, de soutenir le Correct, sans oublier, toutefois, de chasser le Qi pathogène, le Pr Hu ajouta Shengdihuang, Maimendong pour nourrir le Sang et clarifier la Chaleur.


© Coursdemedecinechinoise.com

19/07/2014